Vous êtes ici : archives > document d'archive

6e Rencontre régionale de la fraternité orthodoxe de l'ouest

Les 19 et 20 novembre derniers la Fraternité Orthodoxe de l’Ouest a tenu à Nantes sa 6e Rencontre régionale destinée, comme les fois précédentes, à réunir les orthodoxes des différentes paroisses et juridictions présentes dans l’Ouest de la France autour d’un thème de vie ecclésiale et à (re)découvrir une paroisse donnée.

Père Alexis, Élie

Accueillie par les membres du Comité de Coordination de la Fraternité de l’Ouest la cinquantaine de participants venus de la Sarthe, du Calvados, du Maine et Loire, d’Indre et Loire, de Vendée, de Loire Atlantique, des Cotes d’Armor et de la région parisienne s’est réunie successivement dans les locaux du Fort (maison d’accueil des religieuses franciscaines) pour les conférences et la paroisse orthodoxe St Basile et St Alexis pour la divine liturgie et les agapes dominicales.
Le double thème retenu cette année portait sur «Vivre l’Église en paroisse» et «La place de l’icône». Elie Korotkoff (paroisse St Serge et St Vigor de Caen-Colombelles) a introduit la rencontre en rappelant que si la paroisse était une icône de l’Eglise , c’est bien la Croix qui est l’image de l’Eglise, faisant le parallèle entre la structure de la croix telle qu’on la figure dans la tradition orthodoxe et la structure de l’Eglise dans sa dimension verticale (l’évêque et son délégué le prêtre) et sa dimension horizontale (le peuple des fidèles exerçant son sacerdoce royal).

Invité de cette rencontre le Père Alexis Struve, recteur de la paroisse de la Sainte Trinité à Paris et ancien secrétaire général de la Fraternité orthodoxe en Europe occidentale, a centré son propos sur l’importance de la vie liturgique. «Dans la paroisse tout découle de la vie liturgique…c’est par la divine liturgie que la communauté s’accomplit et devient Eglise …
La liturgie est le lieu où les ego s’effacent et où les gens de l’extérieur découvrent le Christ» devait-il affirmer. De son exposé vibrant de foi et d’énergie on retiendra son appel à faire rayonner nos paroisses, à témoigner au coeur du monde, à refuser toute forme de prise de pouvoir au profit d’une attitude de service ainsi que cette dernière exhortation: « le Christ n’a pas beaucoup de lieu pour reposer sa tête que nos paroisses en soit un!».

Lui succédant Guy Lumeau, cheville ouvrière et ancien marguillier de la paroisse de Nantes, a apporté un témoignage très personnel et très concret sur «ma vie en paroisse» depuis sa découverte de l’Orthodoxie dans les années 80 jusqu’à son engagement pratiquement au quotidien (bien qu’habitant à Angers) dans cette paroisse dans laquelle il s’est beaucoup investi.
Il a posé de nombreuses questions sur la place des laïcs et leur nécessaire engagement aux côtés du prêtre, sur la part à faire entre les petites traditions nationales et la Tradition de l’Eglise et sur les moyens concrets de rendre la vie paroissiale toujours plus fraternelle.

Nous avons eu la joie également d’avoir parmi nous Père Adrian Iuga, recteur de la paroisse orthodoxe roumaine « St Pierre et St Paul » de Nantes.
En introduction à la journée suivante, Michèle Nikitine (paroisse de la Nativité du Mans) devait ensuite présenter un montage audiovisuel sur la fonction de l’image et de l’icône réalisé par le Père Jean Roberti recteur de la paroisse St Nectaire et St Jean de Cronstadt (Rennes) lequel ne pouvait pas être présent.
Cette réalisation intéressante et originale dans sa forme, s’inscrit en fait dans une suite catéchétique ‘ (Église, Liturgie, Image) et se veut une réflexion sur le statut de l’image marqué par les révolutions successives de la naissance de la perspective, de la photographie, du cinéma puis du numérique en regard de l’icône à considérer moins en tant qu’objet qu’«action en train de se faire» .Des extraits de films et une riche iconographie illustrent ce propos qui dans sa seconde partie revient sur les origines antiques (hellénistiques et romaines) de l’icône et appelle une suite qui est en cours de réalisation.
A la charnière des deux journées les offices de vêpres puis la divine liturgie présidée par l’archimandrite Syméon, higoumène du monastère St Silouane dans la Sarthe et co-célébrée par l’archiprêtre Lambert Van Dinteren recteur de la paroisse de Nantes et le hiéromoine Antoine de St Florent le Vieil, ont été des moments de profonde communion.

6e rencontre de la foo

La journée de dimanche centrée sur la paroisse de Nantes a réservé aux côtés de son recteur, Père Lambert entouré de son épouse et de ses quatre enfants, un accueil très chaleureux, convivial et fraternel aux participants et offert le visage d’une communauté très diversifiée par ses origines et d’un dynamisme qui force l’admiration. Cela a été l’occasion de découvrir non seulement l’église sortie des forêts sibériennes mais aussi la maison paroissiale construite en rondins dans le même style et aménagée de manière exemplaire par les paroissiens eux-mêmes. Les agapes offertes en ce lieu resteront dans toutes les mémoires.

Michèle Nikitine introduisit l’après-midi de réflexion sur l’icône en rappelant trois points fondamentaux: l’icône comme discours théologique, l’icône comme exercice ascétique et l’icône comme présence avant de poser un certain nombre de questions sur la place de l’icône dans notre vie quotidienne, dans la pratique des paroisses et sa prise en compte par l’épiscopat et le clergé notamment face à son expansion hétérodoxe.

Ensuite le hiéromoine Antoine (Gélineau) responsable de l’atelier d’iconographie de la Sainte Trinité à St Florent le Vieil (49) proposa un très riche exposé , abondamment illustré, sur l’icône du Mandylion ou de la Sainte Face étudiée à la lumière de l’Ancien et du Nouveau Testament et mettant en lumière le visage de Dieu comme parole, écoute et regard, une approche très intéressante qui sera publiée ainsi que les autres interventions par la FOO.

6e rencontre de la foo

Il revenait à l’archimandrite Syméon dont la parole et la présence chaleureuse ont ponctué ces deux jours, de conclure cette rencontre en invitant chacun à considérer sa paroisse comme une expérience à travers laquelle Dieu nous visite et nous parle.
Rappelons que le prochain temps fort proposé par la Fraternité de l’Ouest sera les Journées de la jeunesse de l’Ouest animée par Marc Baron du 27 avril au 1er mai à Bois-Salair dans la Mayenne et ouvertes aux 17-35 ans.

Compte-rendu rédigé par Michèle Nikitine,
coordinatrice de la Fraternité de l’Ouest

 

Mentions légales