Vous êtes ici : archives > document d'archive

Les 75 ans de la paroisse

Le 1er décembre 2002, la paroisse orthodoxe Saint Basile a fêté ses 75 ans d'existence.

Impressions d'un paroissien lors des 75 ans de la paroisse:

« La paroisse Saint Basile a fêté ses 75 ans de présence à Nantes autour de Mgr Gabriel et des Pères Lambert (notre recteur), Michel Evdokimov et Antoine G.. Nous avons agréablement prolongé la très belle Divine Liturgie Pontificale, placée sous le signe de la Paix, par des agapes chaleureuses et le "festin de paroles" : deux très riches conférences, que nous ont offert le Père Michel Evdokimov "l'église et la société, la vie et le rôle des petites communautés" ; et Michel Stavrou "Mystique et théologie, vivre le dogme et transfigurer l'intelligence".

Nous avions tenu en effet à rappeler à l'occasion de notre anniversaire, la vocation et l'importance des "petites communautés", tendues entre : l'ouverture au "tout Autre" la communion avec le Père, pour être toujours plus hospitalière à l'autre, l'attention au frère. Mais, ici comme dans la parabole de la brebis égarée, le nombre des fidèles importe moins que la qualité des liens qui unissent les membres de la communauté à leur Pasteur et entre eux. "Quand deux ou trois sont réunis en mon nom" là, en définitive, sont les conditions de possibilités de son unité et de son efficacité.

Mgr Gabriel
Mgr Gabriel lors de la Divine Liturgie du 1er décembre

Nous voulions aussi redire combien la fidélité à la tradition de l'église d'Orient, à travers une parole programmatique de Vladimir Lossky, était la clé de la fécondité de notre nécessaire réflexion personnelle, et pourquoi celle-ci, pour être effective, ne devait pas séparer la mystique de la théologie, ni non plus, l'étude du dogme affirmé par l'église de l'expérience personnelle des mystères, mais laisser transfigurer l'intelligence par les énergies divines, pour ne pas réduire Dieu aux limites de l'entendement humain et substituer à la mystique une fade sentimentalité.
Mais le temps nous a manqué pour qu'un libre dialogue puisse se nouer entre les conférenciers et l'assistance autour des nombreux points qui ont été soulevé. C'est notre seul regret, s'il en faut un, pendant cette fête.

Permettez-nous encore un mot, pour vous dire combien cet anniversaire était à la fois, un juste hommage à toutes celles et ceux qui ont permis l'acculturation patiente de l'église Orthodoxe, dans une cité qui a eu besoin et sut accueillir l'émigration russe et grecque au début du siècle dernier, et des paris pris sur l'avenir puisque nous fêtions aussi un événement inouï: la possibilité de bâtir, ici et maintenant, une église en bois, venue de Sibérie. Pouvions espérer donner un meilleur gage de notre fidélité à la tradition et à celles et ceux qui l'ont porté, comme de notre foi en la fécondité de "cette greffe sauvage", que le souffle de l'Esprit dans les remous de l'Histoire a réalisé en terre de France ?
Mais, si tout enfantement ne va jamais sans danger ni douleur, l'hospitalité de l'évêché catholique et l'intérêt de la municipalité pour notre projet sont des encouragements que nous savons apprécier.
Il nous appartient néanmoins de faire savoir et de savoir faire en sorte que l'église que nous voulons bâtir, ne soit pas le repère d'un autre âge de l'obscurantisme, et que l'écoute de la Révélation ne devienne la source délétère de tous les fanatismes, promis eux, à un bel avenir. Pourtant l'état sait, qui cherche à le combattre dès l'école primaire, que l'obscurantisme né de l'ignorance de son patrimoine spirituel et plus largement culturel, dont les racines, sinon l'avenir, sont à Jérusalem, Athènes ou Rome; pourtant le penseur humaniste sait, qui cherche à refonder des valeurs universelles et à poser les bases d'une "spiritualité laïque" pour l'âge de "la sortie du religieux", que le fanatisme, né d'abord d'un dévoiement grotesque de la tradition ou culture dont il se réclame, et que cette rupture entraîne un défaut de lecture : le grand Livre de la Nature, comme l'écriture, deviennent alors muets.

Pour que notre petite communauté donc soit une en communion avec l'église et réellement
Cosmopolite et active et que nos intelligences dégrisées sachent retisser les liens du cœur et de la raison dans l'Esprit, nous avons besoin de la présence de tous.
Prions pour que ce qui a été semé alors, porte des fruits » Michel T.

Clergé, 75 ans de la paroisse

 

Mentions légales