Vous êtes ici : archives > document d'archive

Communiqué de l'Assemblée des Evêques Orthodoxes de France

Visite du Patriarche Œcuménique de Constantinople,
Bartholomée 1er en France

Sa Sainteté le Patriarche Oecuménique Bartholoméos 1er

Communiqué de l’AEOF, Paris le 2 février 2007 -

Textes des allocutions prononcées le 1er février 2007 à l'issue de la doxologie chantée à l'occasion de la venue du patriarche œcuménique, Bartholomée 1er, en la cathédrale grecque Saint-Etienne, 7 rue Georges Bizet, 75116 Paris en présence de plusieurs membres de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France :

"Une orthodoxie plurielle dans l'expression et une dans la foi"

Allocution d'accueil du métropolite Emmanuel

Votre Sainteté,

C'est avec une grande joie et de profonds sentiments de fidélité et de respect envers votre personne que je souhaite vous accueillir dans cette cathédrale Saint Stéphane de la métropole orthodoxe du patriarcat oecuménique en France. C'est en mon nom personnel, au nom des prêtres, des administrateurs et des économes de cette sainte église que je vous accueille, mais aussi et surtout au nom de mes frères les évêques, membres de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France et au nom de tous les orthodoxes de ce pays que je souhaite vous accueillir et vous adresser les meilleurs sentiments de bienvenus.

Votre présence parmi nous nous procure une très grande joie spirituelle qui est double :
La joie, en premier lieu, de la rencontre ici et maintenant du peuple de Dieu, du troupeau orthodoxe avec son pasteur. La bénédiction que nous apporte votre présence physique parmi nous est la confirmation de la communion permanente qui lie notre église, notre métropole, notre communauté ecclésiale à son primat.
En second lieu, une grande joie spirituelle aussi, car votre présence parmi nous, nous rappelle aussi et surtout, ce que vous êtes et ce que vous représentez au sein de l'orthodoxie et dans la sainte tradition orthodoxe, à savoir le symbole de l'unité panorthodoxe, celui qui sans cesse et au prix parfois de grandes difficultés ne cesse d'œuvrer pour l'unité de l'ensemble de l'Eglise orthodoxe quelque soit l'enracinement historique, géographique, sociologique ou culturel de cette Eglise dans le monde. Vous êtes, Sainteté, le diacre de l'unité panorthodoxe, celui qui à l'image du Christ, se donne dans la kénose la plus totale au service de l'unité du Corps du Christ.

L'Eglise orthodoxe en France est à l'image de l'Eglise orthodoxe dans le monde, une orthodoxie plurielle dans l'expression et une dans la foi et dans le vécu ecclésiologique et liturgique. L'orthodoxie en France n'est plus aujourd'hui un ensemble sans unité de communautés exotiques ou ayant subies la dispersion. S'il est vrai que l'Eglise orthodoxe en France a été formée à partir de communautés diverses qui se sont retrouvées à cause des vicissitudes de l'histoire sur le sol accueillant de cette terre de France, elle est aujourd'hui une orthodoxie bien enracinée dans le tissu social de la société française. L'orthodoxie en France ne se conçoit plus comme une diaspora mais plutôt comme une Eglise locale en devenir qui a ses communautés, ses paroisses, ses monastères, son Institut de théologie, ses mouvements de jeunesse…, une Eglise locale qui, dans le respect des traditions et des juridictions existantes, cherche à témoigner du Christ, au cœur de la société contemporaine, de la manière la plus actuelle possible.

Votre Sainteté, l'orthodoxie en France n'est ni grecque, ni russe, ni arabe, ni roumaine, ni serbe, ni française, elle est chacune d'elles et toutes à la fois. Sa richesse et sa force se situent dans sa diversité, diversité qui certes pour qu'elle reste harmonieuse nécessité le déploiement d'une conciliarité permanente, une concertation, une coordination entre les différentes composantes de cette Orthodoxie locale en France. Et c'est là le rôle capital et le travail central et essentiel, de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France qui, conformément aux recommandations de la Commission préconciliaire sur l'organisation de la diaspora, s'est érigée en 1997 dans le prolongement de l'action pilote du Comité inter-épiscopal orthodoxe qui œuvrait en France depuis 1967.

L'Assemblée des évêques orthodoxes de France est aujourd'hui en France l'instance de représentation et de coordination de l'épiscopat orthodoxe canonique en France. Elle est perçu comme telle non seulement par les autorités politiques françaises qui la placent aux côtés de la Conférence des évêques catholiques de France et de la Fédération protestante de France, mais aussi par tous les fidèles de la communauté ecclésiale orthodoxe en France.

Le travail de l'Assemblée est un travail lent, patient et s'inscrit sur la durée. Là aussi, c'est un travail de kénose au service de l'unité pan orthodoxe. Le travail de l'assemblée est en premier lieu, le travail patient de la préservation de l'unité orthodoxe dans ce pays mais aussi celui de la conciliarité, de la concertation, de la coordination des actions communes des orthodoxes de ce pays afin que notre témoignage soit le plus harmonieux et le plus utile à une expression ecclésiale orthodoxe saine et vigoureuse en France. En un mot c'est la maison commune de tous les orthodoxes de ce pays qui œuvre et continuera à le faire, en dépit des difficultés ponctuelles et passagères du moment, pour que notre témoignage, ici et maintenant, soit un témoignage percutant, un témoignage qui soit agréable au Christ, notre Seigneur et notre Dieu.


" L'unité que nous recherchons n'est pas une unité de façade, mais une unité qui soit conforme a la nature profonde de l'église du Christ "

Discours de réponse du patriarche Bartholoméos Ier

Cher Eminence, cher métropolite Emmanuel,

Nous vous remercions pour vos propos qui témoignent de la profonde communion qui nous lie, et qui lie la sainte métropole de France à la sainte Eglise-Mère. A notre tour de nous adresser à vous, mais aussi, par votre intermédiaire, à mes frères évêques orthodoxes, membres de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France, et au peuple orthodoxe de France tout entier, sans aucune distinction d'origine ni discrimination.

Nous entendons parfaitement le sens profond de vos propos. L'Eglise orthodoxe en France représente au sein de l'orthodoxie universelle une tradition d'une grande richesse qui a beaucoup apporté à l'Eglise universelle et qui continue de le faire. Oui, vous avez raison d'indiquer que pendant longtemps, cette orthodoxie en France a été un modèle " pilote ", à travers l'action du Comité inter-épiscopal orthodoxe qui a été présidé par feu le métropolite Mélétios et puis par le métropolite Jérémie, actuellement titulaire de notre métropole en Suisse.

Le modèle de collaboration au sein de ce Comité a été justement cité comme un exemple à suivre lors des travaux, concernant l'organisation de la diaspora, des Commissions préconciliaires de préparation du saint et grand concile panorthodoxe. Aujourd'hui, vous continuez ce travail avec vos frères évêques des autres juridictions au sein de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France.

Nous voudrions à cette occasion, ce soir, saluer le travail " pilote " de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France. Nous pouvons comprendre parfaitement les difficultés qui peuvent se présenter ici et là, mais celles-ci ne peuvent être et ne doivent être que des difficultés conjoncturelles qui ne touchent pas la nature profonde et structurelle de l'Assemblée qui, comme vous l'avez défini, et telle que nous la comprenons, devrait être le lieu de rassemblement, dans l'harmonie et le respect des traditions, de tous les orthodoxes de ce pays.

Notre recherche constante et permanente de l'unité n'est point pour nous un souci de forme, ou bien une façon de plaire à une certaine opinion publique, ou pour des besoins de représentation. L'unité que nous recherchons n'est pas une unité de façade, mais une unité qui soit conforme à la nature profonde de l'Eglise du Christ. Ainsi, plus que jamais, et quelques soient les difficultés du moment, nous devons continuer à agir et à œuvrer en faveur de cette unité du Corps du Christ, qui rassemble en lui toute la diversité dans l'harmonie.

C'est au regard de cet objectif, et par rapport à cette échelle, que nous plaçons le travail si précieux de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France. C'est avec une grande joie et satisfaction que nous avions accueillis, en 2004, au siège du patriarcat une délégation de votre assemblée et que nous avions eu l'occasion de discuter et de s'entretenir quand au travail effectué par cette assemblée et aux perspectives d'avenir. Nous vous attendons de nouveau, à Istanbul, quand vous le souhaiterez. Vous serez les bien venus.

Nous vous encourageons à continuer à œuvrer ensemble main dans la main avec vos frères évêques orthodoxes présents en France afin qu'ensemble, avec le soutien de vos communautés et de toutes les forces vives ecclésiales - clercs et laïcs - de ce pays, vous puissiez asseoir l'unité orthodoxe locale dans ce pays. Nous autres, les primats des Eglises-Mères devrions soutenir vos efforts et vous aider à concevoir les solutions conformes à la sainte Tradition orthodoxe qui permettent d'atteindre cet objectif agréable au Seigneur.

Soyez tous bénis, vous tous qui êtes ici présents. Je vous aime beaucoup.

 

Mentions légales