Vous êtes ici : archives > document d'archive

Première Liturgie

28 août 2005

Notre église

L'église en bois, notre jolie église orthodoxe manifeste enfin notre foi dans le ciel nantais. J'ai découvert la paroisse en 1973 quarante jours après la mort de mon père. Je suis une ancienne paroissienne, et après plusieurs hébergements je reconnais qu'il est agréable de jeter l'ancre sur une petite île à soi, un îlot de prière pour nous tous que j'ai vu construire par trois charpentiers russes, mais aussi par quelques paroissiens très dévoués.
Paroisse jeune, paroissiens venus de tous horizons, bâtiment de bois doré à l'intérieur qui reflète la lumière des icônes. C'est un petit miracle, que Dieu soit loué pour tout.

Anne R.

La première liturgie

Lorsque j'ai appris que la première liturgie serait célébrée dans la chapelle, bien qu'habitant dans le Jura, j'ai pris le premier train pour être avec vous tous. C'était une telle joie qu'il m'était impossible de rester à la maison.
Donc le samedi après-midi déjà, le déménagement de Ste Elisabeth commence: de 3 voitures plus que bien remplies sortent l'indispensable, l'utile et le nécessaire pour célébrer. Il en faut ! tapis, icônes, porte-cierges, tables pour les défunts, les servants et la proscomédie, supports, lutrin, trépieds; encensoir, rideaux, nappes. Tout mettre en place avec harmonie, penser au côté pratique sans oublier que la beauté doit régner dans un tel lieu mobilise toutes les énergies. Vite, il manque un lustre, on va l'acheter, ne pas oublier les ampoules, des punaises pour fixer les tissus. C'est bête mais le temps passe tellement vite aujourd'hui! A 18 h après la bénédiction des murs de la chapelle, les Vêpres commencent nous préparant à la liturgie.
Dimanche: C'est l'émotion de retrouver la communauté nombreuse, les enfants sont chez eux. Dans ce lieu fait du travail physique de chacun (du coup de pioche au coup de pinceau ou de balai) des dons d'argent, de temps, de réflexion et surtout de prières, on sent la vie d'une communauté oeuvrant pour la gloire de Dieu. Toute cette convergence d'efforts, de fatigue, de découragement, d'espoir de foi et de bénédiction divine est tangible et l'on est profondément ému devant ce lieu si simple et beau permis par Dieu et sorti des mains d'une communauté. Je pense que c'est un privilège exceptionnel d'avoir pu construire cette chapelle et non de l'avoir reçue d'une société de construction.
Et dimanche, les paroles, qui depuis le début de l'Eglise traversent le temps coulaient comme un fleuve sans fin à la gloire de Dieu. La nouveauté, la beauté du lieu et l'intemporalité de l'Eglise étaient unies sous le regard de Saint Basile. On ne pouvait qu'être bouleversé par la bienveillance et la tendresse de Dieu manifestées pour la construction de cette chapelle.

Monique G.

 

Mentions légales