Vous êtes ici : catéchèse > homélies > une homélie de Père Antoine

Dimanche de la Samaritaine.

Homélie de Père Antoine, 22 juin 2014 en l'église saint Basile et saint Alexis - dimanche de la Samaritaine, Jn IV,5-42.

La liturgie de ce cinquième dimanche après Pâques nous donne à méditer une des scènes les plus extraordinaires de l’évangile, où saint Jean nous dévoile tout le mystère du don de Dieu. Ce mystère est sous le symbole de l’eau qui féconde la terre et donne la vie au monde. C’est autrement dit une figure de l’Esprit Saint qui nous est signifié dans ce temps d’attente de la grande fête de Pentecôte.
Jésus se présente au puits de Jacob comme celui qui a soif, qui a besoin d’aide qui est fatigué par la route. La chaleur du midi est écrasante, il s’assied sur la margelle. Il ne domine pas, ne s’impose pas, il cherche le contact. Sa demande d’eau prend la Samaritaine par surprise. À cause de la haine qui existait entre les Juifs et les Samaritains, les Juifs contractaient une impureté légale s’ils acceptaient, de la part des Samaritains, un simple verre d’eau. De là la question de la Samaritaine lorsque Jésus lui demande : «Donne-moi à boire» : «Comment, toi qui es Juif, tu me demandes à boire ?»
À cause de ses six maris, la femme de Sykar choisit, pour aller au puits, une heure où elle ne risque pas d’être la moquerie des autres femmes. Avec son passé tourmenté, la Samaritaine se montre vraiment sous un mauvais jour. Elle est une épave, une femme abîmée, meurtrie. Elle a été le jouet qui a servi à une demi-douzaine d’hommes. Cependant, c’est à elle que le Seigneur va dévoiler son secret. Elle est choisie pour recevoir la confidence de Jésus sur lui-même et devenir un témoin privilégié de son identité. Cette Samaritaine est la figure de notre humanité déchue.
L’étranger fatigué, le juif détesté a deviné sa blessure. Il scrute son cœur féminin avec délicatesse, sans la froisser. Il a deviné sa soif de bonheur que n’apaisent pas les amours de passage. Cet ami inconnu semble tendre la main pour lui révéler que, malgré ses expériences douloureuses, sa vie n’est peut-être pas un échec ?
Le Christ sait qui elle est, mais il ne la pointe pas du doigt, ne lui présente pas un miroir accusateur en disant : regarde comme tu es une pauvre misérable. Il ne lui jette pas en plein visage tout ce qui n’a pas fonctionné dans sa vie amoureuse. Il n’essaie pas de l’humilier. Au contraire, il se confie à elle.
Lorsqu’il lui demande d’aller chercher son mari, elle répond qu’elle n’a pas de mari. Le Seigneur lui rappelle qu’elle en a eu cinq et que l’homme avec qui elle vit maintenant n’est pas son mari. Jésus révèle sa situation mais ne porte pas de jugement. Sentant que le dialogue devient trop personnel, la Samaritaine tente de s’évader en posant une question théologique sur la montagne de Samarie et la montagne de Jérusalem. Le Christ ne la brusque pas. Le dialogue se déroule dans la franchise mais aussi dans le respect et la tendresse.
Pour redonner l’espoir à cette Samaritaine au puits de Jacob, Jésus transgresse tous les tabous : le tabou racial, le tabou sexuel et le tabou religieux. Jésus est un homme libre. Il ne croit pas aux blocages définitifs, aux étiquettes blessantes, aux haines ancestrales. Comme toujours, il sait redonner l’espoir à ceux et celles qui sont abattus par les difficultés de la vie : «Venez à moi vous tous qui souffrez et ployez sous le fardeau et moi je vous soulagerai.» (Mt 11,28)
Il s’agit pour Jésus de faire naître en cette femme l’être nouveau, comme il le fera pour Nicodème, Zachée et Marie-Madeleine. Jésus creuse un puits dans cette nouvelle créature, un puits qui devient source d’eau vive et de fécondité. Il lui révèle qu’elle vaut beaucoup plus que la somme de tous ses échecs.
C’est alors que Jésus lui fait deux grandes révélations: la première sur la vraie nature de Dieu («Dieu est Esprit, et ceux qui adorent, c’est en esprit et en vérité qu’ils doivent adorer»); et la seconde sur son identité propre : «Je sais, dit-elle, que le Messie doit venir, celui qu’on appelle Christ… Jésus lui répondit : C’est moi, celui qui te parle»)
Le cœur de cette femme est sauvé. Dans sa vie superficielle, desséchée par une existence trop terre à terre, une source d’eau vive a jailli. Elle a enfin trouvé l’homme qu’elle cherchait. Elle n'a plus que faire de ce puits et de sa cruche. Elle court communiquer ce qu'elle vient de découvrir.
Le plein midi, la chaleur, la fatigue de la route représentent, dans ce merveilleux texte de S. Jean, notre vie difficile et monotone de tous les jours. Qui a soif dans ce récit ? Jésus, bien sûr. Dans la symbolique de Jean, on peut comprendre ici la soif de Dieu pour l’être humain, sa recherche depuis toujours : «Adam, où es-tu ?» (Genèse 3, 9.) «Je suis venu pour chercher les pécheurs et les brebis perdues». (Marc 2, 17)
Cette Samaritaine qui a cherché son bonheur, sa vérité dans ses amours passagers et n'a connu que des échecs, est consumée d’une autre soif que le Christ va lui permettre d’étancher. Elle n’aura plus jamais «soif» car la source d’eau vive est en elle et elle est aimée de Dieu.
Et nous, où en sommes-nous dans notre vie? Où cherchons-nous notre bonheur? Quelles soifs avons-nous? Comme pour la Samaritaine, le Seigneur peut faire jaillir une source d’eau fraîche, une fontaine de vie nouvelle : «Celui ou celle qui boira l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui, en elle, source jaillissante pour la vie éternelle.» (Jean 4, 14)

 

Mentions légales