Vous êtes ici : catéchèse > tous les mots de Père Lambert > un mot de Père Lambert

Mot de Père Lambert

Mai 2003

Chaque mois, Père Lambert écrit quelques mots pour aider les paroissiens de l'église orthodoxe de Nantes
à réfléchir et progresser sur leur chemin spirituel.

"Tu as montré comment le doute peut nous conduire vers la foi"(note 1Texte prise du canon des matines du Dimanche de Thomas (comme toutes les citations dans ce mot).)

Le Christ est ressuscité !
La nuit de Pâques nous étions tous remplis de joie et comme d'une seule bouche nous répondions à l'affirmation du prêtre que le Christ soit ressuscité : " En vérité Il est ressuscité ! "
Mais combien vite la doute nous a pu re-envahir. En nous retrouvant avec nos collègues, avec nos copains de classe qui ne partagent pas cette joie de la Résurrection. En reprenant le train-train quotidien. En redécouvrant notre petitesse … Pour quelques-uns ce doute leur troublait déjà la nuit même … à cause de la situation difficile dans laquelle ils se trouvent dans leur vie personnelle, à cause des soucis pour leurs proches… Encore d'autres vivent constamment dans un doute par rapport à la foi puisqu'ils se disent trop rationnels, ou parce qu'ils ont été profondément blessés par l'un ou l'autre représentant de l'Eglise, ou parce que la foi leur a été présentée comme un ensemble de vérités dogmatiques sans vie…
Quelque part nous sommes ainsi tous des " incrédules " comme Thomas. Thomas que l'Eglise commémore le deuxième Dimanche de Pâques. L'Evangile de St Jean nous raconte que le Christ se montre à Thomas le huitième jour de Sa Résurrection (note 2C'est le huitième jour de la Résurrection comme l'indique l'Evangile (Jean 20, 26) pendant lequel le Christ apparaît de nouveau, comme Il l'avait fait le premier jour (Jean 20, 1 et 20, 19). Ce huitième jour est d'ailleurs de nouveau un premier jour, jour après le Sabbat, devenu à la suite notre Dimanche, jour où l'Eglise commémore l'année durant, la Résurrection, le Seigneur ressuscité présent parmi nous.). Thomas qui ne pouvait pas croire tant qu'il n'avait pas vu, mais qui sera le premier à confesser le Christ comme " Seigneur et Dieu " (Jean 20, 28). Et les textes liturgiques le louent pour cela :
" Ta bienheureuse langue, Thomas, par nos hymnes nous la chantons : elle fut la première à proclamer pieusement la Source de notre vie, Jésus notre Seigneur et notre Dieu ".
Comment Thomas a-t-il pu arriver à croire ainsi sans réserve ni hésitation ?
Incrédulité de saint Thomas
C'était tout d'abord par ce geste d'amour du Christ. Le Christ Qui n'était nullement offensé par les doutes de Thomas. Qui l'invite, au contraire, de venir à Lui, de venir à la foi en suivant son propre chemin. S'il était nécessaire pour Thomas de voir et de toucher, qu'il voie et touche… Les textes liturgiques disent que le Christ a ainsi " guidé Thomas vers la connaissance (note 3Il s'agit ici d'une connaissance "intime". Le français n'a gardé le sens de "connaissance" comme "lien avec quelqu'un" que dans "une connaissance" ("quelqu'un qu'on a l'habitude de rencontrer") ou encore dans "faire connaissance" ("entrer en relation avec quelqu'un"). Mais d'autres langues ont bien gardé l'utilisation du mot " connaissance " comme lien étroit, voir intime, avec quelqu'un. Le néerlandais peut ainsi dire " j'ai connaissance à un tel " pour dire " je fréquente un tel ". Connaître quelqu'un c'est l'aimer ; aimer quelqu'un c'est le connaître.) de Lui ".
Du côté de Thomas c'était qu'il s'est laissé guider, qu'il s'est confié au Christ, à son ami… pour ensuite reconnaître en Lui son Seigneur et son Dieu.
A notre tour nous pouvons nous confier à Lui, sachant que nous pourrons tous suivre notre propre chemin. Le Christ ne sera pas offensé. Lui, dont nous pourrons chanter avec les matines du Dimanche de Thomas : " A Tes amis découragés Tu apparus et Ta présence dissipa la tristesse de notre cœur ".
Etre croyant c'est tout d'abord croire en une Personne, avoir confiance en Lui, aimer Celui Qui nous considère comme Ses amis et Qui nous guide vers la connaissance de Lui, Qui nous fait entrer

Votre père dans le Christ, Lambert

1- Texte prise du canon des matines du Dimanche de Thomas (comme toutes les citations dans ce mot).
2- C'est le huitième jour de la Résurrection comme l'indique l'Evangile (Jean 20, 26) pendant lequel le Christ apparaît de nouveau, comme Il l'avait fait le premier jour (Jean 20, 1 et 20, 19). Ce huitième jour est d'ailleurs de nouveau un premier jour, jour après le Sabbat, devenu à la suite notre Dimanche, jour où l'Eglise commémore l'année durant, la Résurrection, le Seigneur ressuscité présent parmi nous.
3- Il s'agit ici d'une connaissance "intime". Le français n'a gardé le sens de "connaissance" comme "lien avec quelqu'un" que dans "une connaissance" ("quelqu'un qu'on a l'habitude de rencontrer") ou encore dans "faire connaissance" ("entrer en relation avec quelqu'un"). Mais d'autres langues ont bien gardé l'utilisation du mot " connaissance " comme lien étroit, voir intime, avec quelqu'un. Le néerlandais peut ainsi dire " j'ai connaissance à un tel " pour dire " je fréquente un tel ". Connaître quelqu'un c'est l'aimer ; aimer quelqu'un c'est le connaître.

 

Mentions légales