Vous êtes ici : catéchèse >> un mot de Père Lambert

Mot de Père Lambert

décembre 2007

Chaque mois, Père Lambert écrit quelques mots pour aider les paroissiens de l'église orthodoxe de Nantes
à réfléchir et progresser sur leur chemin spirituel.

Chaque jour est "vigile"

Deux fois par mois nous avons des Vêpres le samedi soir… mais nous ne sommes jamais très nombreux. Même si à Nantes nous ne sommes pas encore si mal lotis. Six, neuf personnes, c'est toujours mieux que ce que j'ai connu dans plusieurs paroisses où il n'y avait que le prêtre et sa matuschka (1Matuschka, terme russe, à traduire en français par "petite mère" est devenu le titre d'honneur des épouses de prêtre dans l'église russe, titre d'honneur qui est en même temps une reconnaissance de ce qu'elles font pour la paroisse, pour l'église, souvent dans l'ombre de leur mari.) et ceci samedi après samedi, semaine après semaine, mois après mois, année après année… Oui, nous ne nous en tirons pas si mal, mais six à neuf personnes, c'est toujours très peu par rapport aux quatre-vingt du dimanche.

Il y a toute sorte de raisons : nous habitons souvent loin de l'église, nous avons une vie très occupée. Mais ne serait-ce pas également parce que nous sommes un peu tiède, pas très courageux ? Et je pense également que pour beaucoup d'entre nous, c'est parce que nous ne connaissons tout simplement pas le sens de cet Office.

Il faut savoir que nous avons plusieurs cycles dans la liturgie. Un cycle de l'année de fêtes du Seigneur (comme Noël, Théophanie et d'autres), de la Mère de Dieu (comme le 15 août) ou des Saints (comme Saint Nicolas et tous les autres). Puis il y a le cycle autour de Pâques (le Saint Carême, la Semaine Sainte avec le Vendredi de la Souffrance et le Samedi où le Christ repose dans le Tombeau, Pâques, la Semaine pascale, et toute la période jusqu'à Pentecôte avec l'Ascension). En dehors de ces deux cycles de l'année, il y a le cycle de la semaine autour du Dimanche qui est toujours une commémoration de la Résurrection, et finalement le cycle de la journée : prières du matin (matines), prières du soir (Vêpres) etc.

Dans la paroisse, nous ne faisons pas tous les Offices, loin de là. Mais nous essayons de faire l'essentiel : les Grandes Fêtes de l'année et tous les Dimanches. Et quand deux fois par mois nous célébrons les Vêpres le samedi soir, nous sommes donc à la veille de la journée centrale de la semaine : le Dimanche, Jour du Seigneur, premier jour après le sabbat, Jour de la Résurrection. Et comme préparation à ce grand évènement de la semaine, nous célébrons les Vêpres, la prière du soir (2En sachant que depuis la liturgie juive, et encore aujourd'hui dans notre liturgie, le nouveau jour commence avec cette célébration le soir.). En fait, on devrait célébrer les Vêpres chaque jour de la semaine. Et le samedi soir -justement puisque c'est la veille d'une grande fête- on devrait les célébrer de manière festive, associées aux Matines que sont les prières du matin, ce matin où les femmes myrophores trouvèrent le Tombeau vide, témoin de la Résurrection de leur Seigneur. Ces Offices de Vêpres et de Matines constituent ce qu'on appelle les Vigiles. "Vigiles" vient d'un mot latin "vigilare", en français "veiller", ce qui veut dire "rester volontairement éveillé", "être attentif, vigilant". Et voilà le sens de cet Office : nous sommes vigilants, comme le Christ l'a dit. "Veillez car vous ne savez pas quand va venir votre Maître" (Mathieu 24, 42), disait-il en parlant de Sa venue en Gloire. Et nous, en préparant Sa venue parmi nous dans la Sainte Liturgie du Dimanche, nous veillons. Veillons comme les cinq vierges (sensées ?) sages qui, avec l'huile pour garder leur lampe allumée, attendent la venue de l'époux pour entrer dans la joie des Noces (Mathieu 25) (3"L'époux" est l'image du Christ, "la fête des noces", l'image de la joie du Royaume des Cieux.). Ainsi, cet Office du samedi soir est essentiel : il symbolise l'essence de notre vie de Chrétiens, pour qui chaque jour est "vigile", attente de notre Seigneur qui viendra pour nous inviter à entrer dans Sa Joie sans fin.

votre père dans le Christ, Lambert

Rien au survol des chiffres dans le texte ? Mettez votre navigateur à jour (update) !
Notes :
1- Matuschka, terme russe, à traduire en français par "petite mère" est devenu le titre d'honneur des épouses de prêtre dans l'église russe, titre d'honneur qui est en même temps une reconnaissance de ce qu'elles font pour la paroisse, pour l'église, souvent dans l'ombre de leur mari.
2- En sachant que depuis la liturgie juive, et encore aujourd'hui dans notre liturgie, le nouveau jour commence avec cette célébration le soir.
3- "L'époux" est l'image du Christ, "la fête des noces", l'image de la joie du Royaume des Cieux.

 

Mentions légales