L'orthodoxie en France

quelques repères chronologiques

La France, pays chrétien : jusqu'à la séparation de 1054, le terme catholique caractérisait l'Église comme nous l'affirmons dans le Symbole de foi de Nicée Constantinople, quant à la foi, elle était orthodoxe, c'est-à-dire juste dans son expression (théologique et cultuelle). Il n'y avait qu'une seule chrétienté avec 5 patriarcats (Rome, Constantinople, Alexandrie, Antioche et Jérusalem).
De nos jours, l'église orthodoxe (de même que l'église catholique romaine) vénère donc les saints de cette période qui a précédé la séparation.

44 arrivée sur les côtes de Provence de Marthe, Marie et Joseph d'Arimathie (?)

177 Martyrs de chrétiens à Lyon, en particulier Sainte Blandine et Saint Pothin

180 Saint Iréné, évêque de Lyon

Saint Denis l'Aéropagite, premier évêque de Paris ? (En savoir plus : http://www.la-france-orthodoxe.net/fr/saint/denis)

314 Grand concile d'Arles

354 Saint Hilaire, évêque de Poitiers

375 Saint Martin, évêque de Tours (contemporain de Saint Basile de Césarée en Cappadoce), a fondé le premier monastère de Gaule en 363 à Ligugé

406 Saint Jean-Cassien s'établit à Marseille

410 prise de Rome par Alaric, roi des Wisigoths

418 Saint Germain d'Auxerres

450 Sainte Geneviève de Paris

496 Clovis, le premier roi des Francs, qui se convertit au christianisme avec ses troupes en 496, choisit Paris pour capitale principalement à cause de la vénération de saint Denis.

520 ? Saint Rémi, évêque de Reims

533 Concile d'Orléans article 18 - dernières diaconesses

565 : Saint Germain, évêque de Paris

589 ajout du "filioque" en Espagne

1401 " Première" liturgie orthodoxe à Paris au cours du séjour de l’empereur byzantin Manuel II Paléologue, invité au Louvre par Charles V.

1727 Première mention d’un prêtre orthodoxe à Paris : le père Daniel Jakoslev, détaché auprès de l’ambassadeur de Russie.

1816 Une paroisse russe fonctionne à Paris, rue de Berri, desservant les fidèles orthodoxes de la capitale. L’iconostase de ce premier oratoire, dédiée aux Saints Pierre et Paul, se trouve actuellement dans la crypte de la cathédrale de la rue Daru, où célèbre la paroisse orthodoxe française de la Sainte Trinité.

1820 Première paroisse grecque à Marseille. Courant

1845, l’église de la Dormition de la Mère de Dieu sera le premier bâtiment cultuel orthodoxe construit en France.

1853 Première chapelle roumaine à Paris, au 22 de la rue Racine.

1860 Avec le rattachement de Nice à la France, l’église sainte Alexandra, rue de Longchamp, édifiée en 1859, devient la première église russe érigée en France.

Cathédrale St Alexandre Nevski
Cathédrale St Alexandre Nievski



1861 Consécration de la cathédrale saint Alexandre de la Néva, rue Daru, à Paris. Cette cathédrale, église de l’ambassade russe, fut érigée avec des fonds privés. Les dons généreux affluèrent de toutes parts depuis le Tsar Alexandre III, les négociants de la foire de Nijni-Nvgorod jusqu’aux orthodoxes de toutes nationalités vivant à Paris. Jusqu’à la première guerre mondiale elle fut aussi l’église officielle des communautés serbe et bulgare.

1889 Affectation au culte orthodoxe de l’église de la rue Jean de Beauvais, à Paris, pour les besoins de la communauté roumaine.

  Autres églises orthodoxes construites en France avant la première guerre mondiale : La cathédrale grecque saint Stéphane, rue Georges Bizet, à Paris en 1895. Églises russes à Nice, Cannes, Menton, Biarritz et Pau. [ Biarritz : communiqué de l'archevêché ]

1916-1917 Après l’occupation du Dodécanèse par l’Italie, puis en 1923, après la catastrophe d’Asie Mineure, deux vagues d’immigration grecque.

1920 A partir de 1920 arrivée massive d’immigrés russes.

1923 Installation, rue Daru, à Paris, du premier évêque orthodoxe, le métropolite Euloge.

1924 Fondation de l’Institut de théologie orthodoxe de Paris, Institut saint Serge.

1927 Paris : première liturgie célébrée en français, en l’église de l’Institut saint Serge. Autour du père Lev Gillet se créera dès 1928, une paroisse de langue française sous la protection de sainte Geneviève, patronne de Paris. 

1929 Nantes : première paroisse de province à introduire du français dans les offices. Communauté existant depuis 1927, officiellement fondée comme paroisse en 1932 (enregistrement au JO) avec un prêtre français comme recteur : le père Eugène Coulon. La communauté paroissiale est multi-éthnique.

1939 Première réunion, à l’église grecque de Paris, d’un comité inter-orthodoxe réunissant les représentants des diverses églises orthodoxes de Paris. Un comité permanent sera créé en 1943 à l’initiative de l’archimandrite Théophile Ionesco, de l’église roumaine, et une première célébration solennelle réunissant les différentes communautés orthodoxes de la capitale aura lieu le 23 janvier 1944, sous la présidence du métropolite Euloge, exarque (représentant) du patriarche Œcuménique.

1958 Des prêtres et des laïcs de différentes origines se réunissent autour de la revue Contacts pour un témoignage commun de l’orthodoxie : ce sera la naissance de la Fraternité Orthodoxe en Europe occidentale.

1967 Création d’un Comité inter-épiscopal permanent réunissant les évêques orthodoxes de France, présidé par le métropolite Mélétios, exarque du patriarche œcuménique.

1971 Premier congrès orthodoxe d’Europe occidentale.

1983 Visite à Paris du Patriarche Ignace IV d’Antioche.

1995 Visite en France du patriarche Œcuménique. Bartholomée 1er (Paris, Lourdes, Nice, Marseille, Monaco)

1997 Le Comité inter-épiscopal devient l'Assemblée des Evêques Orthodoxes de France.

 

Mentions légales