Construction de la maison paroissiale

de Nov 2005 (premiers contacts) à octobre 2006 (protection du bois)

agapes 2007

Quand j'aurais toute la foi jusqu'à déplacer des montagnes,
si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien
(St Paul 1Cor-13)

           - 2005 -
En église, nous constituons une assemblée qui se tourne vers l'autel à l'heure de l'eucharistie, puis se réjouit dans l'accueil fraternel. C'est pourquoi la construction d'un lieu de rencontre est indispensable. La salle paroissiale sera cet espace de partage et permettra le développement de la vie de la paroisse ainsi que son ouverture.
De nombreux paroissiens viennent de loin, certains font 200 km pour venir jusqu'à l'église. Après 2 heures d'offices debout, à jeûn pour ceux qui communient, pouvoir s'asseoir autour d'une table au chaud pour échanger et manger un repas en commun ne sera pas un luxe, en particulier pour ceux qui vivent seuls ou dans la précarité.
La catéchèse est actuellement réduite à presque rien.
Réunions, expositions, tables-rondes théologiques, petites conférences, tous ces projets attendent un lieu pour se développer.
Le projet de construction est abouti, une partie du financement est disponible. La construction a commencé… Nous avons besoin de votre aide financière pour finir la construction de la maison paroissiale.

Vos dons défiscalisables

le gros oeuvre est terminé !

Nov 2005 : premiers contacts avec une entreprise russe de construction en rondin trouvée sur internet (Stroyecology : http://www.stroyeco.com/indexen.php). Nombreux échanges par mail. Le projet évolue, les plans se précisent, des amis se renseignent sur place. Début avril, on signe..
20 juin 2006 : les 2 camions sont arrivés de Saint-Petersbourg le matin. Pendant qu'une équipe effectue les formalités administratives (transitaire,douane, visite phytosanitaire), l'autre va louer un échaffaudage de maçon et achète les matériaux et outils nécessaires au démarrage de la construction : du cordage qui sera cloué sous le premier rang de rondins, du bitume pour coller le papier goudron sur les fondations, qq bidons d'insecticide. 15 heures : le déchargement peut commencer = 5 heures de travail à grimper sur les fardeaux, glisser les élingues, mettre les crochets de levage en place, préparer la surface de réception. Celle-ci doit être horizontale pour que les rondins puissent être roulés jusqu'au lieu de construction. Pas question de porter les rondins, les futs pèsent 300 à 350 Kg : ils seront roulés sur des tasseaux puis sur des madriers pour être empilés selon l'ordre de numérotation, avec tout le savoir-faire de nos amis russes. Les rondins sont glissés, roulés, poussés pour passer d'un mur à l'autre.
21 juin : c'est parti ! les premiers tours de rondins s'ajustent bien. Les dimensions de la maison correspondent bien aux dimensions de la dalle. Ouf ! Un isolant en feutre de lin est placé à chaque tour. Des chevilles de bois augmentent la solidité de l'assemblage et diminueront les déformations lors du tassement et du sèchage du bois.

Alexei, Micha, Anatoly, Serguei, Evguenie

23 juin : les poteaux de l'auvent trouvent leur place. Une grosse tige filetée permettra de régler leur hauteur dans les mois prochains, au fur et à mesure du tassement des rondins. Il fait chaud…

27 juin : la chaleur est accablante. Qq douches en plein air évitent les coups de chaleur…Les solives du premier étage sont mises en place. Les murs sont finis, la fatigue se lit sur les visages mais aussi la joie d'avoir terminé cette première étape.

28 juin et 29 juin : construction de la charpente. Problème : les chevrons ne sont pas de longueur suffisante, en particulier les diagonales qui seront rallongées par des planches.

02 juillet : mise en place des cadres qui vont recevoir les fenêtres. Déception : les cadres ne sont pas aux bonnes dimensions… Il va falloir bricoler et modifier l'habillage intérieur des fenêtres.

04 juillet : le bas de toiture reçoit la volige, le reste est recouvert d'un écran pare-pluie perméable à la vapeur d'eau fixé par des contre-liteaux. De grosses planches solidement clouées permettent de s'aventurer sur la charpente sans difficulté.

06 juillet : les orages retardent la construction, mais nous rafraichissent bien.

08 juillet : le pare-pluie est totalement mis en place, toutes les ouvertures posées, les habillages extérieurs faits. On peut souffler un peu ? Pas tout à fait : le contre-lattage n'est pas terminé : il manque de nombreux liteaux, à poser avant l'intervention du couvreur.

14 juillet : le contre-lattage est terminé. On arrache les planches qui ont permis de grimper jusqu'en haut du toit - Père Lambert et le diacre Daniel ont montré leurs talents d'équilibriste sur le toit. Les collecteurs d'eau de pluie sont en place, Elisabeth et Bénédicte rebouchent les tranchées.

12 septembre : place aux couvreurs.

les couvreurs à l'oeuvre

14-15 octobre : le feutre de lin (isolant entre les rondins) a été recoupé au cutter, qq rondins recoupés à la tronçonneuse, le bois traité à l'insecticide puis protégé avec une lasure naturelle. Un bonne équipe de 12 adultes aidée d'enfants a travaillé 3 heures, 5 personnes sont restées jusqu'à la tombée de la nuit : ce n'était pas fini…

21 octobre : Prèle et Igor sont venus courageusement terminer l'ouvrage. Il aura fallu 45 litres pour couvrir les murs. Le résultat est magnifique. Encore qq retouches à faire pour avoir des teintes plus homogènes, et puis aussi il faudra faire les dessous de toit s'il nous reste du courage…




Plans de la maison paroissiale


Le chantier en photos :

  cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer     cliquer  


Mentions légales